Le Domaine d'Avallon

Spécialiste d'équitation et du textile Rock Biker

L'histoire de l'équitation:
- La plus ancienne représentation connue d'un cavalier est un bas-relief en Crète, daté du IIe millénaire av. J.-C. un l'homme, vraisemblablement militaire, porte un javelot et un bouclier. Elle remet en cause l'idée selon laquelle le cheval a toujours été attelé avant d'être monté. Ce cavalier Monte sans selle et surtout sans étriers, ce cavalier a des difficultés pour tenir à dos de cheval, ce qui ne lui permet que les déplacements et l'escarmouche. L'utilisation du char précède l'équitation dans le domaine militaire, les Hittites développent tout particulièrement cet art de la guerre. Les peuples celtes connaissent le char, évoqué dans les épopées. Ceux d'Europe occidentale l'abandonnent progressivement au cours de III siècle au profit de l'équitation dont ils reconnaissent les avantages. Ceux du Danube et la Thrace, au III siècle av. J.-C., étaient peut-être déjà cavaliers.

Contrairement à l'idée reçue, les Numides ne semblent pas avoir maîtrisé le combat à cheval, du moins au III siècle av. J.-C.. Au III siècle, les cavaliers romains d'Afrique du Nord connaissent par contre le bridon
- Développements dans les steppes eurasiennes.
Avec l'apport des Scythes, peuple cavalier indo-européen des steppes eurasiennes de l'Antiquité, est déterminant. La conquêtes à dos de cheval d'un très vastes territoires eurasiens (comme avant eux l'avaient déjà fait les peuples indo-européens plus anciens à l'aide du char tiré par les premiers chevaux mais non encore régulièrement montés), contraignent les peuples sédentaires à les affronter également à dos de cheval ou à engager des Scythes comme cavaliers. Les premières « cavaleries » militaires sont créées en s'inspirant de l'adversaire. Les peuples sédentaires, tels que les Assyriens, les Grecs et les Perses, puis les Chinois, tous en contact régulier avec les peuples scythes, codifient l'équitation en tant que technique de guerre et lèguent des écrits, tandis que les peuples cavaliers ne font rarement connaître leur savoir.
- La nécessité d'apprendre à utiliser la force et la rapidité du cheval au combat et pour la chasse est la motivation principale du développement de l'équitation.
L'une des premières représentations d'archer à cheval date du VII siècle av. J.-C., à Ninive, avec un cavalier d'Assourbanipal (avec vêtements et bonnet scythiques), faisant suite à l'invasion des Scythes au Proche-Orient. La tenue à cheval s'améliore, ces cavaliers se risquent désormais à la chasse et à la guerre, aidés par l'invention du mors à barrettes et de rênes alourdies qui permettent d'employer l'arc tout en empêchant sont cheval de prendre une allure trop rapide. L'archer à cheval devient l'unité militaire par excellence dans les steppes, et inspire la crainte des siècles durant. Les Scythes maîtrisent l'élevage et la guerre équestre, et résistent à Darius Ier. Les Romains, pourtant réputés pour la qualité de leur armée, n'osent attaquer les peuples cavaliers des steppes. La perfection de l'équitation sans étriers est atteinte par les Parthes, héritiers des Scythes, qui comme ces derniers sont capables de se retourner sur le dos de leur monture au galop et de décocher une flèche dans cette position, c'est le célèbre tir parthe, ces techniques serons également transmises aux Sassanides, successeurs des Parthes.

- archer à cheval.
Après avoir développé la première cavalerie montée, les Scythes développent dans un second temps des races de chevaux plus fortes qui permettrons de développer les premières cavaleries lourdes aristocratiques, les premiers cataphractaires entièrement en armure. Ils sont les ancêtres des chevaliers de l'époque féodale européenne. Les cataphractaires seront aussi rapidement adoptés dans l'Antiquité par les Perses, puis seront essentiels pour les Parthes et les Sassanides, mais aussi les Chinois.
- Technologies d'équitation antiques.
Les Celtes sont crédités de l'invention du mors de bride. Et de la selle à arçon rigide, qui fournit une surface d'appui pour protéger le dos du cheval du poids du cavalier, elle permet de répartir celui-ci. Les Romains auraient inventé la selle solide en bois dès le Ier siècle av. J-C, son usage se généralise au IIe siècle. Les progrès de l'équitation antique, très lents, visent à améliorer la tenue de l'homme sur le dos du cheval, et maîtriser sa vitesse et sa direction, avec l'invention du mors et de la selle à étriers, couvre toute l'Antiquité. Les Sassanides, dont la technique, les connaissances équestres et l’agilité a cheval sont les meilleures parmi les peuples antiques, ils transmet leurs connaissances au peuple arabe qui les envahit au VIIe siècle. Ils connaissent la selle à arçon et les étriers, ce qui a une influence déterminante sur l'équitation médiévale.

Contrairement à l'idée reçue, les Numides ne semblent pas maîtrisé le combat à cheval, du moins au IIIe siècle av. J.-C.. Au IIIe siècle, les cavaliers romains d'Afrique du Nord connaissent le bridon. En Germanie, région forestière, les « peuples barbares » montent des chevaux trop petits pour la guerre et ne s'en servent qu'en transport. Jules César fournit des chevaux de combat aux mercenaires germains qu'il engage contre le célèbre chef Gaulois Vercingétorix, dans la guerre des gaules.
- La chevalerie
Les chevaliers du XIIe et surtout le XIIIe siècle furent sans doute les siècles d’or de la chevalerie. Elle se structurait comme une véritable classe avec ses codes, ses valeurs et son mode de vie. La chevalerie est une institution militaire féodale rassemblant les combattants à cheval, puis les nobles, à laquelle on accédait par la cérémonie de l'adoubement.
Les qualités prêtées aux chevaliers feront du mot chevalerie un synonyme de hardiesse et de générosité.
La chevalerie à développé ses valeurs et ses coutumes propres, sous l'influence notamment de l'Église.
Les chevaliers sont des personnages souvent présents dans les romans tel que la légende du célèbre Roi Arthur...
- aux Moyen Âge
au Moyen Âge la fauconnerie à cheval se développe et deviens très populaire. Les montures semblent être des palefrois de type genêt d’Espagne.
La principale fonction de l'équitation médiévale est militaire, les chevaux sont distingués par l'usage qui en sont fait. Si le destrier, cheval de guerre, est le plus connu mais aussi l'un des plus rares et coûteux, le cheval d'équitation est plutôt un palefroi, populaire auprès des nobles et des chevaliers de haut rang pour la chasse et les cérémonies. L’amble est une allure recherchée, permettant de couvrir rapidement de longues distances dans un confort relatif. La haquenée est une jument d'équitation d'allure douce, allant l'amble, que montent les dames.

Les chevaux de selle sont utilisés par une grande variété de gens. La chasse, entre autres la chasse au faucon , forme l'une de ses principales utilisations, mais les aristocrates qui en possèdent organisent aussi des courses, des tournois de chevaliers, et des manœuvres de cavalerie pour étaler leurs richesses et de montrer leur puissance.
- Autrefois

au début du siècle dans le milieu agricole,le cheval était très répandue, les paysans n’avaient pour travailler que leurs bras et l’aide du cheval. Le labourage se faisait à l’aide d’une charrue à un socque tiraient un ou plus souvent deux chevaux. La faucheuse était un matériel utilisé pour confectionner des gerbes de blé.
L’homme était monté sur cette machine, et séparait le blé en petits tas au fur et à mesure qu’il était coupé. Comme lors du labourage, la faucheuse était tirée par un cheval. Les scènes de labour, de semence, de récolte ou de battage font l’objet d’un grand nombre de cartes postales de cette époque.
Le débardage : Le travail du débardeur consiste à transporter les bois coupés par les bûcherons jusqu’à une place de dépôt située au bord d’une route forestière où un camion pouvais venir les charger. aujourd’hui Les moyens utilisés par le débardeur sont des engins tels que le tracteur ou la grue… Autrefois, c’était le cheval qui était largement utilisé.
Le cheval était aussi le moyen de transport de l'époque pour se rendre à sont travail aux fêtes telles que les mariages, les foires. il etait le moyen de distribution du courrier, en effet la distribution de courriers se faisait à cheval. Les messagers étaient appelés les chevaucheurs. Des relais leur furent créés pour leur faciliter le travail, ces relais s’appelaient les maisons de poste aux chevaux.
L' armée avais ces régiments de cavalerie, qui avaient comme préoccupation la défense nationale,le cheval s'appelé "Cheval de Guerre" ce qui entraîna une épreuve du cheval d’arme afin de sélectionner les meilleurs chevaux. il jouas un rôle très important pendant la Grande Guerre, c'est la que le cheval d’une certaine manière seras indispensable au conflit, qui aurais été impensable sans lui. Il etait encore à ce moment la "la plus noble conquête de l’homme". En son absence, les armées ne peuvent ni se mouvoir, ni déplacer leurs armes, leurs munitions ou leur ravitaillement. L’ère de l’automobile n’est pas encore arrivée. Les chevaux ont servi par millions dans toutes les armées, sur tous les fronts, et meurent par centaines de milliers du aux combats ou d’épuisement, du froid ou de la faim. Si proche des combattants, le cheval est souvent devenu, dans les films sur la Grande Guerre, le moyen
d’aborder le vécu de nos soldats.
- De Nos Jours

De nos jours, l'équitation ce fait plus sportive ou ludique, avec de nombreuses disciplines reconnues par la FFE.

Côté sportif : la course hippique, le CSO, le TREC, Le Dressage, Le Cross, L'Endurance, l'attelage, Le Pony Games, La voltige, Etc... est devenu très populaire avec de nombreux licenciers qui ne cessent d'augmenter dans le monde.

Côté ludique : pour le plaisir de la balade, on y retrouve la Randonnée, la Monte Western, l'Attelage, La Monte en Amazone et bien d autres disciplines particulières à ce mode d équitation.

Avec La balade équi-pédestre,(ou Balade à pied avec son cheval), avec une demande de plus en plus courante à l’heure où le travail à pied se démocratise et qui ce développe à travers le monde. cette discipline n'est pas une simple balade à pied avec son cheval, Mais bien d'une balade sportive, éducative et ludique entre le cavalier et son cheval, avec de nombreuses appellations dont une Discipline reconnue par la FFE sous le nom d'équifeel.

.